• 1

Ferias d'Arles 2018 : Catégorie, variété, nouveautés...

©ElTico
©ElTico
Déja courrue du temps de l'impersonnelle Salle des Fêtes du boulevard des Lices, l'empresa des Arènes d'Arles a trouvé au Patio de Camargue un fabuleux écrin pour donner à sa présentation des carteles, un cachet qui à lui seul laisse présager de belles émotions sur le sable de l'amphithéâtre romain.

Et les aficionados ne s'y étaient pas trompés, qui remplissaient quitte à en laisser quelques uns à l'extérieur, la pourtant confortable salle de réception.
Une scénographie léchée, avec des moments de grande émotion, lorsque Néstor García est venu recevoir des mains de Jacky Boyer, Président de la Commission Taurine extra-municipale et Sandra Montels, Présidente de la section corrida de la CTEM, le trophée au Triomphateur 2017 de la temporada arlésienne, le regretté Iván Fandiño.
De la tendresse face à ces jeunes novilleros invités à présenter eux mêmes, la novillada non piquée qui marquera le trentième anniversaire de l'Ecole Taurine d'Arles.
De la reconnaissance devant le travail de Vidal Perez Herrero, directeur des éditions Temple, qui a exposé avec à ses côtés Michel Vauzelle et Rolland Agnel, les contours de la 24ème édition de son agenda taurin, une référence en la matière, qui fait honneur cette année à la Ville d'Arles et à la Camargue en leur consacrant 35 pages.
Puis enfin la présentation des carteles par le représentant le plus éminent de l'empresa LUDI Arles Organisation, Jean-Baptiste Jalabert. Et si celui-ci ne cachait pas son émotion de devoir s'exprimer ainsi, même pour la troisième année, devant une assistance aussi fournie, c'est avec beaucoup de justesse et de beaux arguments qu'il a fait valoir la programmation 2018 des arènes dont il a la charge. Une programmation plus compacte que par le passé, comme depuis que la nouvelle société gestionnaire a repris les rênes, mais très variée, originale, avec des temps forts et quelques belles surprises qui forment un ensemble agréable, à même de satisfaire les plus exigeants... Les tenants du "on voit toujours les mêmes..." ont du soucis à se faire.
Le contingent français est important, avec du bleu-blanc-rouge dans tous les carteles à l'exception des deux corridas du lundi de Pâques et à nouveau cette année, une novillada piquée provenant à 100% de l'héxagone.
Du côté des attractions, le Juli qui combattra ses toros d'El Freixo, deux grands triomphateurs de la saison madrilène avec Miguel Angel Perera et Ginés Marín, les présentations de José Garrido, Luis David Adame et les retours d'El Fandi, dont les prestations aux banderilles seront particulèrement attendues et de Juan Leal, un autre des toreros du Pays. Notons également les présentations de Emilio de Justo et du novillero El Adoureño, auteur d'une extraordinaire temporada 2017 mais inédit sur son sol natal dans la catégorie.Quant à la Goyesque d'Arles, elle proposera un cartel inédit de tout premier plan, que je vous laisse découvrir avec les autres affiches ci-dessous.

Laurent ElTico Deloye

 


Arles 2018
Arles 2018
Feria de Pâques :

Vendredi 30 mars : Course Camarguaise
Samedi 31 mars (matinale) : Novillada sans picadores organisée pau l'Ecole Taurine d'Arles pour ses trente ans.
Samedi 31 mars (tarde) : Toros de El Freixo pour El Juli, Juan Bautista et Roca Rey.
Dimanche 1er avril (matinale) : Novillos de Los Galos, Luc et Marc Jalabert, Concha y Sierra, Blohorn, Pagés-Mailhan et Pierre-Henri Callet pour Adrien Salenc, El Adoureño et El Rafi, qui débutera avec picadores.
Dimanche 1er avril (tarde) : Toros de Jandilla pour Miguel Ángel Perera, Ginés Marín et Andy Younes.
Lundi 2 avril (matinale) : Toros de San Pelayo pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández.
Lundi 2 avril (tarde) : Toros de Alcurrucén pour El Fandi, José Garrido et Luis David Adame.

Feria du Riz :
Samedi 8 septembre : Corrida Goyesque - Toros de Victoriano del Río pour Juan Bautista, Sebastian Castella et José María Manzanares.
Dimanche 9 septembre : Toros de Baltasar Ibán pour Emilio de Justo, Juan del Álamo et Juan Leal.

 

Voir le reportage photographique : ElTico