• 1

Céret (14/07/1017) : Octavio Chacon coupe l'unique oreille de la miurada d'ouverture à un sobrero de Yonnet…

©ElTico
©ElTico
C'est certainement à une autre issue que les passionnés de l'ADAC pensaient, en programmant en ouverture de leur Feria du trentième anniversaire un lot de la prestigieuse ganaderia de Miura...

L'annonce au micro en préambule, "par soucis de clarté", des difficultés rencontrées lors du débarquement des toros, qui avaient occasionné quelques dégâts au niveau des pitones des pensionnaires de Zahariche, avait été accueillie par quelques sifflets... Mais au cinquième toro, le public cérétan ne pouvait en supporter plus et obtint, à grands cris, le changement du titulaire par un premier Yonnet, puis un second lorsque le premier se brisa la corne gauche contre un burladero. Ce cinquième ter, donc, baptisé à tort "Tranquilito", sauva la tarde d'une certaine monotonie inhérente au manque de race des toros Andalous. Et Octavio Chacón fit une nouvelle fois preuve de beaucoup de métier et de décision, pour lui arracher la seule oreille de la tarde.

Le premier Miura prend trois piques sans s'employer. La faena est bien maîtrisée par Paulita, les meilleurs moments se déroulant sur le piton gauche, mais le toro, noblon, manque de force et de race. L'estocade est entière et d'effet immédiat.
Avec le quatrième, protesté vertement pour l'état de son armure à sa sortie, Paulita se montre une nouvelle fois ferme lors d'une faena autoritaire, quasi exclusivement droitière. Trois demi-estocades et deux descabellos clôturèrent les débats.

Octavio Chacón voit son exemplaire sorti deuxième prendre deux piques, la seconde plus lointaine avant que le matador ne demande le changement de tiers, comme il fera également abréger le tercio de banderilles à la deuxième paire. Lors de la faena, cet exemplaire aux demies-passes sur la droite et aux quarts de passe sur la gauche ne facilitera pas la tâche à son matador qui, à base de courage et d'abnégation, ira malgré tout tirer quelques séries méritoires qui lui vaudront de saluer après une mort d'une entière tombée et de deux descabellos.
Le cinquième sera changé sous la pression populaire pour l'état de ses cornes, laissant place à un Héritier d'Hubert Yonnet qui se brisera le piton gauche contre un burladero au premier remate, puis, dans une cohue indescriptible, à un Yonnet qui se révèlera le meilleur de l'envoi. Le toro de la Belugue prendra trois piques spectaculaires, avant d'entamer la faena de muleta avec une belle transmission, se révèlant toutefois plus violent que brave. Octavio Chacón fera le nécessaire sur le piton droit avant de raccourcir les distances. Un premier essai infructueux à l'épée, pour cause de glissade sur une banderille, sera suivi d'une entière ultra-engagée, libérant fort logiquement l'oreille.

Pepe Moral aura passé une bien inconfortable après-midi. Sur le reculoir à droite avec son premier, auquel il ne se confia jamais, il abrègera très (trop...) vite au goût des aficionados cérétans après un timide essai gaucher.
Le sixième Miura, également protesté pour ses cornes prendra trois piques sans éclat. La faena prudente, exclusivement droitière, précèdera une mort en trois assauts.

 

Arènes de Céret
Vendredi 14 juillet 2017
Première de Céret de Toros 2017
Entrée : Plein
Toros de Miura, décastés et donnant peu de jeu, deux sobreros (5ème bis et 5ème ter) des Héritiers d'Hubert Yonnet pour :

Paulita, saluts et silence après avis
Octavio Chacón, saluts et oreille
Pepe Moral, silence et silence

Une minute de silence a été observée au paseo en mémoire de Iván Fandiño.
David Prados a reçu le Prix au meilleur puyazo de la tarde, réalisé au 5ème ter


Laurent ElTico Deloye


Voir le reportage photographique : ElTico