• 1

Tarascon (10/07/2016 - tarde) : Andy Younes et Tibo Garcia a hombros...

@ElTico
@ElTico
Curieuse ambiance en arrivant sur Tarascon, où sur tous les visages se lisait la stuppeur du décés en plaza de Teruel la veille, de Victor Barrio. Certains même devaient penser : "A quoi bon...". Puis, après l'émouvante minute de silence observée au paseo, la corrida a repris ses droits. Et quoi de plus beau et de plus sincère que cet hommage du spectacle qui continue ?...

Non pas comme s'il ne s'était rien passé, mais avec le plus grand respect renforcé envers ces hommes qui par passion, s'habillent de lumière pour faire de l'Art en risquant leur vie, en se jouant de la mort.
Cette novillada des frères Jalabert proposée dans le cadre d'une affiche 100% française par les organisateurs Tarasconnais et l'empresa Pascal Mailhan, a eu le mérite de tenir en haleine les spectateurs qui garnissaient confortablement les gradins des arènes "J.Durand". Bien présentés, certains même au physique de toros, les novillos du Mas de la Chassagne ont eu des comportements hétérogènes mais se sont tous révélés intéressants dans leurs combats, même si les deux exemplaires réservés au jeune Adrien Salenc ne lui ont guère laissé d'option de succès.
Une bonne après-midi de toros, donc, des arènes pleines et deux jeunes toreros d'avenir a hombros... Vous pouvez reposer en Paix, Victor Barrio. Vous n'êtes pas mort pour rien.

Laurent Deloye ElTico

La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Andy Younes se distingua lors de la réception du premier de la tarde par un capoteo fleuri avant de faire châtier son Jalabert au cheval sur une seule rencontre. Andy partit ensuite au quite pour une série de tafalleras très bien exécutée avant de brinder au ciel. A la muleta, l'utrero se révéla à demie charge et sans classe. L'Arlésien, volontaire, livra une prestation méritoire qui ne réussit pas à vraiment décoller. Les meilleures séquences furent dessinées en fin de combat, sur la corne gauche , notamment lors de deux séries d'une belle intensité. Il tua d'une entière d'effet immédiat libérant la première oreille du palco présidentiel.
Le quatrième de l'envoi reçut trois prises de châtiment, montrant tantôt bravoure et tantôt violence. Petite frayeur sur un quite où Andy perdit l'équilibre, se retrouvant au sol à la merci du novillo. Heureusement ce dernier préféra s'attaquer au capote qu'au torero. Début de faena tambour battant par une série plein centre, les deux genoux en terre, chauffant à blanc le public. La suite de son combat fut d'un bon niveau et très bien construite. Face à cet adversaire de bon son, le novillero partit dans un registre tremendiste qu'il affectionne tant, liant des séries de bon goût dans des terrains réduits, agrémentant par redondos, molinettes, passe dans le dos. Il termina son labeur par des manoletinas ultra serrées avant de loger une entière tendida suffisante. Deux oreilles et vuelta posthume au novillo.

Tibo Garcia salua par de soigneuses veroniques le deuxième Jalabert, le conduisant ensuite au lancier pour deux rencontres dont la seconde de loin. S'en suivi un quite enlevé de Salenc par saltilleras avant que Tibo ne débute sa faena par des doblones joliment dessinés. Ne tardant pas à prendre la bonne mesure à donner à ce noble exemplaire de la Chassagne, Tibo édita une prestation très a gusto, faisant admirer la finesse de son toreo. Bénéficiant de douces embestidas du Jalabert, il dessina sur les deux bords des tandas harmonieuses et parfaitement templées , déclenchant des olés très prononcés des tendidos. Il paracheva cet ensemble de haut vol par une entière tendida d'effet lent mais suffisant à faire tomber deux mouchoirs de la présidence.
Le cinquième s'élança à trois reprises avec alegria face au piquero mais en sortant seul à chaque fois du peto. Le Jalabert de comportement maniable, mais manquant d'humiliation dans ses charges, permit à Tibo de s'exprimer dans un registre toujours très classique. Sans atteindre une grande intensité, il édita une prestation élégante qui culmina lors d'une série profonde de derechazos, très bien liés et rythmés. Au moment de vérité, il tua d'une entière d'effet rapide qui fit vaciller l'astado. Oreille.

Le troisième dévolu à Adrien Salenc ne se montra pas franc dans les premiers lances de capote. Le bicho prit ensuite deux rations de fer, en montrant plus de violence et de sauvagerie que de bravoure. Au dernier tercio le Jalabert se révéla compliqué et violent. Il en aurait fallu plus pour décourager le natif de Nîmes qui montra une belle aisance technique malgré le peu d'expérience à cet échelon. Très sûr de lui et particulièrement déterminé, il parvint malgré les mauvaises conditions de son astado à arracher quelques muletazos pleins de valeur, concluant par une entière très basse. Ovation.
Le dernier de la tarde ne montra rien de bon dans le capote de salida d'Adrien, ni contre le caparaçon lors d'une unique rencontre. Les mauvaises conditions du bicho se confirmèrent au dernier tiers. Malgré une belle abnégation, il ne trouva aucune matière à s'exprimer, son animal se montrant vite arrêté et n'humiliant pas lors des échanges. Il tua d'une entière d'effet lent avant d'effectuer un chaleureux tour de piste. Vuelta.


Arènes municipales "J.Durand" de Tarascon (13).
Dimanche 10 juillet 2016 à 17h
6 novillos de Jalabert Frères, inégaux de comportement et de
présentation. Supérieur le second.
Beau temps.
4/5 arènes.
Durée : 2h30.

Andy Younes : Oreille / Deux oreilles.
Tibo Garcia : Deux oreilles après avis / Oreille après avis.
Adrien Salenc : Ovation / Vuelta après avis.


Le novillo numéro 241 sorti en troisième position fut primé d'une vuelta posthume.
Le prix au meilleur novillero a été attribué à Tibo Garcia.
Une minute de silence fut observée à la mémoire de Sebastian Martins et de Victor Barrio.


Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico