• 1

Istres (20/06/2015 - tarde) : Juan Bautista et Thomas Joubert a hombros...

@ElTico
@ElTico
Que l'on aurait aimé voir Denis Loré, pour son retour dans les ruedos en habit de lumières, accompagner ses cadets a hombros par la Puerta Grande des arènes d'Istres... Le sorteo et le sort ne l'ont pas voulu.

Pour les plus anciens d'entre nous cependant, quel plaisir de revoir le Maestro tout de vert vêtu, affûté comme à sa plus belle époque et à la gestuelle en tous points identique à celle de ses plus belles années... Souhaitons lui de trouver auprès des empresas des oreilles attentives, afin de pouvoir dignement concrétiser ses plus beaux rêces à l'orée de sa toute nouvelle deuxième carrière.
Juan Bautista a donné une nouvelle après-midi importante dans les arènes du Palio. Le matador arlésien a fait montre de sûreté et de professionnalisme tout au long de la tarde, extirpant tout ce qu'il était possible de ses deux adversaires avant d'échouer malheureusement aux aciers face à son second, ce qui le priva d'un triomphe plus important.
Quant à Thomas Joubert, sa belle estocade au troisième et les deux oreilles qui en ont découlé, ont fait plus que jamais peut-être, regretter le monton de trophées que l'arlésien a perdu à l'estoc durant les deux parties de sa jeune carrière, toutes ces occasions manquées... Car ce n'est pas la première fois, et loin s'en faut, que ce matador atypique nous emmène aux limites de l'émotion, sans pour autant triompher pour cause d'épée récalcitrante. Et les statistiques sont malheureusement implacables à ce sujet. Elles ne tiennent pas compte des larmes... Deux grosses oreilles pour Thomas Joubert aujourd'hui à Istres. Puisse le futur lui permettre d'asseoir ce triomphe.

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Anthony Pagano :

Denis Loré effectuait aujourd'hui son grand retour après s'être retiré des ruedos il y a huit ans dans les arènes de Nîmes. Il fut bien mal servi par le sorteo et hérita du moins bon lot. Cependant, il salua le premier par de belles véroniques et l'amena pour deux rencontres ou le toro montra une légère bravoure. Lors de la faena, Denis fut dominateur et doux à la fois face à un toro juste de forces. Malgré une technique sans faille et un sens aiguisé du placement, son opposant ne lui laissa pas d'option. Il salua après une mort en plusieurs temps. Il enchaina véroniques allurées et chicuelinas avec le quatrième avant de brinder au public. Lors du troisième tiers le toro se révéla rapidement à la limite de l'invalidité et chargeant au ralenti. Silence après entière tombée.

Juan Bautista fut bon lidiador capote en mains face au collant premier qui fut assez mal piqué sur deux rencontres. Il brinda à Denis Loré et sut profiter rapidement de la charge longue et douce de son adversaire. Lors de son trasteo Jean-Baptiste montra variété, technique et pouvoir sur les deux cornes. Le toro a bien tenu sur la distance et l'Arlésien termina sur la corne avec temple et lenteur dans une série de naturelles pieds joints. Deux oreilles après entière tombée à recibir. Le cinquième fut épargné à la pique et Juan réalisa un joli quite varié. Il entama la faena genoux à terre, le toro montrant déjà des signes de faiblesse. Cependant, le matador économisa les forces de son adversaire pour servir de belles séries avec temple. Rattrapé par ce manque de forces en milieu de parcours, Juan s'adapta et donna de bons détails, notamment des séries sans ayuda sur les deux cornes. Bel effort de Jean-Baptiste qui perdit un trophée a cause du mauvais maniement de l'estoc.

Thomas Joubert donna de beaux détails à la cape au troisième, qui semblait avoir un problème à l'antérieur gauche. Thomas livra une faena douce pour économiser le peu de forces de son adversaire. Accompagné des airs de "The Mission", d'Ennio Morricone, il réalisa une faena remplie d'émotion malgré un toro dépourvu de fond. L'Arlésien réussit à faire vibrer le public, dans des séries d'un intensité rare avec une tauromachie posée, technique et pure. Il termina son œuvre par une série de naturelles pieds joints et coupa deux oreilles après une entière en place au premier envoi. Le dernier de la course fut mal piqué sur une rencontre et Thomas brinda au public. Sans doute le toro aurait-il mérité une pique de plus, car il se révéla exigeant et violent lors du troisième tiers. Thomas montra courage et engagement mais ne put rééditer le triomphe connu lors de son premier combat. Thomas Joubert mit cependant néanmoins beaucoup de cœur à l'ouvrage et put donner de bons gestes isolés. Il salua après une mort en trois temps.

Anthony Pagano


Fiche technique :
Six toros de la ganaderia "El Pilar" bien présentés et armés. Tous nobles à différents degrés et globalement juste de forces.

Samedi 20 Juin 2015. 18h00.
Entrée : plein.
Temps : Beau avec vent soufflant en rafales.
Durée de la course : 2h30.
Rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol: 9.

Poids des toros : 520, 548, 560, 555, 561 et 558 kgs.

A noter :
- Denis Loré effectuait aujourd'hui son retour dans les ruedos après 8 temporadas d'arrêt.
- Initialement était prévu une corrida du fer "El Tajo y la Reina" remplacé par une du fer "El Pilar".
- La Marseillaise à été interprétée par un tenor, qui chanta également Carmen lors du paseo.
- A l'issue du paséo Denis Loré fut ovationné par le public et invita ses compañeros à le rejoindre.
- Marc Antoine Romero a salué après avoir banderillé le sixième toro.
- Juan Bautista et Thomas Joubert sont sortis en triomphe.

Denis Loré (Vert bouteille et or) : Saluts / Silence.
Juan Bautista (Bleu marine et argent) : 2 Oreilles / Saluts.
Thomas Joubert (Blanc et or) : 2 Oreilles / Saluts après 1 avis.


Voir le reportage photographique : ElTico