Grand après-midi de toros à St Martin de Crau (1/05/2013)

  • Imprimer
Photo : Anthony Pagano
Photo : Anthony Pagano
Heureusement ! Heureusement que tous les efforts ont été faits pour que le lot de toros de Dolores Aguirre puisse sortir du toril des arènes de St Martin de Crau. Voilà ce que devait se dire le mayoral, Raul Pajuelo en sortant en triomphe par la grande porte aux côtés de Manuel Escribano.
Un lot irréprochable de présentation, qui a bougé au premier tercio, et a transmis, sans exception, au moment du troisième.
Le premier, pour Sanchez Vara, sort froidement. Il est long à se fixer et prendra quatre piques, assez mal exécutées en général. Muleta en main, le toro n'est toujours pas fixé, et démontre une certaine violence dans le tissus rouge. Le maestro décide d'abord de s'imposer, la main basse, avant de donner de bonnes séries sans trop obliger son adversaire. Le toro finira par se compliquer au fil des minutes de la lidia. Un echec aux aciers privera Sanchez Vara de la première oreille de l'après midi.
Son second rentrera doucement dans le capote avant d'en sortir violemment. Il prendra trois très bonnes piques d'Alfonso Gallego en bougeant l'excellente cavalerie d'Alain Bonijol. Après avoir brindé son opposant au public, il démarrera assis sur l'estribo. Son adversaire demandera à être manipulé à mi-hauteur, pour lui permettre de ne pas fléchir. Le torero lui donne de l'air entre les séries ce qui permet au toro, notamment le côté gauche, d'embestir avec rythme. Une entière tombée et un descabello permettront à Sanchez Vara de promener une oreille alors que le toro effectuera un tour de piste posthume.
Récent triomphateur lors de la corrida de Miuras de Sevilla, Manuel Escribano était très attendu. Et il ne décevra pas le public venu finalement nombreux. Il servira deux véroniques très allurée en guise d'introduction à son premier fuyard. Le picador El Patillas donnera alors un grand tercio de piques, où le toro poussera fort lors de quatre rencontres. Au troisième tiers, le toro rentre avec violence dans la muleta du sevillan. Escribano comprendra son adversaire à la perfection, puisqu'il répondra a cette violence par une douceur extrême ce que le toro acceptera de belle manière. Il servira alors une très bonne faena, sans avancer la muleta pour permettre au toro d'aller le plus loin possible dans ses embestidas. Là aussi, un échec aux aciers empêcheront le maestro de couper une oreille.
Son second se révèle querencioso lors du premier tercio. Après un brindis à Juan Bautista, Manuel Escribano se retrouve face à un toro dangereux, qui prendra le dessus en début de faena, avant que le torero ne fasse valoir sa technique pour impressionner le public en en venant à bout du cornu récalcitrant. Il donnera les meilleurs muletazos à droite, alors que la corne gauche demandait elle des naturelles une par une, lors du faena allant à mas. Grosse entière, et deux oreilles tombées du palco.
L'arlésien Marco Leal avait à coeur d'effacer le goût amer de la corrida de Cebada Gago d'Arles. Et il laissa une forte impression sur le sable des arènes de St Martin de Crau. A son premier, il est à gusto sur le côté gauche avec le capote. Il prend soin de mettre en suerte le toro au cheval d'Olivier Riboulet et brinde son toro au public. Un toro querencioso, mais avec du tranco et de la transmission dans la muleta du jeune matador de toros français. Marco donnera des séries vibrantes, notamment sur le côté droit, la muleta la plus basse possible, en la laissant devant la tête de l'animal pour qu'il puisse répéter. Mais le toro, dominé à cent pour cent, s’éteint vite et Marco le tue d'une trois quart au deuxième essai. Il coupera une oreille. A son second, Marco est proche d'un triomphe, et il le sait. Le toro est suelto au capote, mais a un bon tranco au troisième tiers, et semble avoir de bonnes conditions pour triompher. Marco ne passera pas à côté, en exécutant un toreo puissant, fait de muletazos profonds. Muletazos dans lesquels le toro rentre avec une force impressionnante. Ce qui donne encore plus de mérite à Marco, d'avoir su dominer un toro aussi exigeant que celui-ci. Au moment de lever l'épée, il sait que le triomphe se trouve de l'autre côté de l'estoque. Il pinche une fois et met une entière. Malheureusement la mort est longue, et le public se refroidit. Il exécutera tout de même une vuelta fêtée, en compagnie du mayoral de Dolores Aguirre.
Gregory Boyer
 
Fiche technique:
Mercredi 1er Mai, 17H00, arènes de St Martin de Crau. Corrida de toros. Temps ensoleillé, 2/3 d'entrée, durée: 3h10
6 toros de Dolores Aguirre (550, 555, 550, 545, 540 et 535 kg) 20 rencontres à la cavalerie, bien présentés, braves et donnant un jeu très intéressant, vuelta posthume au quatrième pour:
Sanchez Vara (Rose et or): Saluts et oreille
Manuel Escribano (Bleu ciel et or): Saluts après avis et deux oreilles
Marco Leal (Bordeaux et azabache): Oreille et vuelta après avis
 
Notes:
- Corrida initiallement prévue pour le Dimanche 28 Avril, reportée à cause de la pluie
- Une minute de silence à été respectée pour Dolores Aguirre et Lucien Tardieu
- Une devise noire à été remise au mayoral Raul Pajuelo
- Le quatrième toro a été honoré d'une vuelta posthume
- Vuelta du mayoral Raul Pajuelo au sixième
- Salut d'Alain Bonijol au sixième
- Manuel Escribano et le mayoral son sorti en triomphes des arènes de Saint-Martin de Crau