• 1

"L'Affaire de Tarascon"... ou la définition d'un communiqué...

 

CorridaFrance
CorridaFrance
"L'affaire" débute le 21 juin 2014, à 14 heures 06, lorsque je reçois sur mon portable un sms du Maestro Cesar Jimenez qui, me dit-il, désire éclaircir le "thème de Tarascon". Ayant bien pris soin de m'entourer de personnes maîtrisant parfaitement les subtilités de la langue de Cervantès, mon Espagnol restant assez théorique et le sujet me semblant sensible, je fais savoir au Maestro que, si je le remercie de sa confiance, j'estime sa démarche un peu maladroite, la carrière de son protégé Francisco Jose Espada n'en étant qu'à ses balbutiements.

Mais que néanmoins, s'il voulait s'exprimer sur le sujet, je publierai le communiqué qu'il voudrait bien me faire parvenir, traduit et validé pour qu'il n'y ait aucun doute dans la teneur de ses propos.
Ce n'est que cinq jours plus tard, le jeudi 26 juin, après avoir vaguement espéré que les parties en présence se soient rendues à ma raison, que je reçois malgré tout le fameux communiqué traduit de l'espagnol, celui qui allait déclencher "l'Affaire"... Et que je le publie, comme jusqu'à ce jour, cent pour cent des communiqués que CorridaFrance reçoit.
A ce stade là de mon propos, je me dois de préciser quelques détails qui revêtent, à la lumière des appels qui m'ont été adressés tout au long de la journée, une certaine importance :
 
1- Les articles signés Laurent Deloye ElTico figurant sur CorridaFrance.fr ou d'autres parutions engagent ma responsabilité. J'essaie, du mieux que je peux, de vérifier mes dires... L'erreur est cependant, malgré le miracle du web, toujours humaine et possible. J'assume complètement les erreurs que j'ai pu commettre, que je commets et celles que je commettrai.
2- Les articles figurant sur CorridaFrance.fr signés d'autres chroniqueurs que moi, engagent leur responsabilité personnelle et non celle de CorridaFrance ou la mienne. Néanmoins, j'assume la responsabilité de les avoir publié par la confiance que j'entretiens vis à vis desdits chroniqueurs.
3- Les "communiqués de presse" ou "communiqués" qui nous sont adressés, comme aux autres sites ou médias en général, taurins ou pas, n'engagent la responsabilité que de ceux qui les rédigent et les transmettent. Il ne m'appartient pas de les contester ou de les mettre en doute, à fortiori de les vérifier. Dans le cas où des personnes se sentiraient visées, trahies, diffamées dans ces communiqués, il leur est toujours possible d'exercer leur droit de réponse par la même voie de communiqué. Voire même d'engager des poursuites pénales. Le tribunal reconnaîtra alors les siens...
 
A l'heure ou ma probité est mise en doute, je voudrais poser une seule question qui m'a poursuivi jusqu'à aujourd'hui dans le cadre de l'exercice de ma profession : "A qui profite le crime ?" Bien des énigmes policières ont été résolues en répondant à cette interrogation qui peut sembler rudimentaire mais qui signifie simplement qu'il y a toujours un mobile qui explique la commission d'un forfait. Dans le cas d'espèce, en tous cas, le crime ne profite ni à moi, ni à CorridaFrance. Les statistiques diront si l'audience du site a explosé aujourd'hui... Mais comme depuis bien longtemps, notre politique a réussi à inverser la courbe de la décroissance, je ne me faisais pas plus de soucis avant hier que je ne m'en fais aujourd'hui.
 
En tout état de cause et pour clôre mon propos, je tiens à ajouter que je tiens à la disposition de qui souhaiterait les voir produits, les éléments de preuve se rapportant au récit de "l'Affaire", telle qu'énoncée ci-dessus. Je souhaite seulement que cette "Affaire", qui n'en est pas une, ne réussisse pas à faire oublier que si les toros embistent, les toreros se doivent d'être bons pour mériter une place près d'un soleil qui est censé briller pour tout le monde...
 
Que dios reparta suerte ! Il y a des toros ce dimanche à Tarascon !
 
Laurent Deloye ElTico

 

NDLR :
communiqué, nom masculin (Féminin ée.) :  Avis d'information à destination du public, diffusé dans la presse, la radio et les autres médias.