• 1

Mont de Marsan (23/07/2021) : des toros de Jandilla décevants...

Visuel MdM 23072021Décevante corrida que cette première course de la Madeleine 2021 aux arènes du Plumaçon. La faute en incombe aux toros de Jandilla. Quasiment tous plus que cinqueños, avec des têtes plus que respectables mais très inégaux de hechura, ils ont manqué de forces et de race.

Seul le sobrero de Banuelos (2ter) a fait illusion en permettant à Luque deux bonnes séries à droite avant de partir se réfugier dans les tablas. Les plus grandes ovations de la tarde ont été pour la Banda « Los Divinos » qui assurait les intermèdes musicaux entre deux toros.

A l’issue du paseo (retardé de 30 minutes en raison des contrôles de pass sanitaires), Monsieur Charles Gayot a remis à Thomas Dufau la médaille de la Ville de Mont de Marsan pour fêter les dix de l’alternative du torero landais. Sa Peña lui a également remis un cadeau à cette occasion.

Le premier toro, bien fait et bien armé, est applaudi à son entrée en piste. D’entrée il montre des signes de faiblesse, et est très peu piqué. Après un bon quite par chicuelinas, Miguel Angel Perera le brinde au public. Le Jandilla manque de charge, serre le torero comme souvent le font les toros faibles. Le torero de Badajoz utilise le peu d’allant du Jandilla pour le toréer en rond sans avoir besoin d’allonger la charge. Il s’applique, essaie à gauche après quatre séries à droite mais l’ensemble manque d’intérêt tant le toro est fade. Perera termine sa faena en réduisant les terrains profitant de la charge sans aspérité du toro ce qui finit par porter sur le public. Salut au tiers après un pinchazo et une entière trasera et tombée.

Le second est un invalide que le Président renvoie au toril Le sobrero du même fer, haut et très bien armé, sort seul des deux rencontres avec le cheval avant de se casser une patte lors du tercio de banderilles. A noter quatre interventions opportunes et efficaces d’Alberto Zayas (cuadrilla de Luque) pour éviter que le second et le second bis ne soient piqués par le picador de réserve. Le « troisième » second est un toro avec du trapio mais pas très bien fait. Il prend une première pique en poussant, la seconde se limite à un picotazo. Le toro semble avoir du potentiel, ce dont Luque se rend vite compte. Début de faena, est élégant et templé, pesant sur le bicho, Le public apprécie et tout semble se mettre en place pour permettre au sévillan de réaliser une bonne faena. Hélas le moral du toro n’est pas à la hauteur ; Dès la troisième série il jette des regards furtifs vers les tablas et part en querencia dès que Luque prend la main gauche. Le Banuelos revient systématiquement aux planches après chaque série que ce soit à gauche ou à droite. Le torero termine par de bons derechazos près des talanquères avant de tuer d’un tiers de lame et deux descabellos, salut. .

Le troisième montre lui aussi des signes de faiblesse en sortant du toril. Il prend une première pique en poussant sur une corne, la seconde rencontre se limite à nouveau à un simple picotazo. Thomas Dufau le brinde au public. Début par doblones, le Jandilla tombe. Tardo, le bicho demande au torero de se croiser. Le torero semble crispé et va alterner des passages où, après s’être croisé, il conduit bien la charge avec d’autres, où moins croisé il ne pèse pas sur le Jandilla et perd du terrain. Le toro prend le dessus sur le torero en fin de faena et le landais est en difficulté sur les redondos et manoletinas finaux. Silence après un tiers d’épée tendida et une entière rapide d’effet.

Le quatrième est haut, bizco, pas très bien fait et lui aussi juste de forces. Sans mise en suerte, il prend un premier puyazo en se défendant sous le fer. Il fléchit et ne peut pas pousser à la seconde rencontre. Le Jandilla, en plus d’être faible, est distrait, andarin et hachazo. Il manque totalement de race et prend les muletazos sans s’impliquer. Perera va essayer d’en tirer quelques muletazos lai faena, trop longue, manque de transmission et surtout d’intérêt. A la demande d’une partie du public qui commence à se lasser, Perera prend l’épée, la mise à mort est laborieuse et surtout très prudente. Quelques sifflets au torero à son retour au burladero et pitos nourris pour l’arrastre.

Le cinquième est un Vegahermosa, bien fait, c’est le plus jeune toro du lot. Il prend deux bons puyazos poussant fort à la première rencontre. A la muleta, il est tardo et manque de charge. ; Luque commence sa faena à droite. Avec professionnalisme il tire quelques muletazos qui valent plus par l’application du torero que par l’implication du toro. Musique (?????), le torero prend la main gauche pour des séries plus trémendistes ; L’ensemble est trop long compte tenu peu de race d'un toro qui va rapidement à menos. Silence après deux pinchazos et une estocade habile et tombée.

Le sixième, anovillado, est le plus léger du lot. Après avoir désarmé Thomas Dufau à la cape, Il est peu et mal piqué. Mathieu Guillon est appelé à saluer après deux très bonnes paires de banderilles. Depuis sa sortie, le Jandilla est dangereux sur la corne droite. Thomas Dufau, porté par son public, commence sa faena par des statuaires Le torero cherche le sitio, seconde série à droite sans se croiser, le toro vient droit sur lui, la voltereta est impressionnante. Secoué, Dufau va faire preuve de beaucoup de courage mais n’arrivera pas à peser, s’imposer et prendre le dessus sur un toro avisé à droite et qui, apprenant vite et ne pardonnant aucune faute, devient rapidement compliqué à gauche.et accroche à nouveau le torero français. Salut après un pinchazo, une entière et trois descabellos.
A l’issue de la course, le torero est évacué vers l’Hôpital de Mont de Marsan où lui est diagnostiquée une rupture de l’adducteur droit.

Fiche technique : Arènes de Mont de Marsan, première corrida de la Madeleine 2021
Quatre toros de Jandilla, un de Vegahermosa (5ème) justes de forces et manquant de race et un sobrero de Banuelos (2ter) qui a fait illusion en début de faena pour :


Miguel Angel Perera : salut au tiers, un avis et silence
Daniel Luque : salut au tiers, silence
Salut du banderillero Matthieu Guillon au sixième
Thomas Dufau : silence, un avis et salut au tiers


Blessure de Thomas Dufau avec une rupture de l’adducteur droit ;
Douze piques, puyas Bonijol
Président Franck Lanati
Lleno de COVID
Ciel gris sur le Plumaçon


Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour