• 1

Cayetano Ortiz : "l’ alternative, c'est notre principal objectif cette saison"...

Photo : ElTico
Photo : ElTico
En ce dernier dimanche de 2013,  Cayetano Ortiz reprenait le chemin des arènes après sa blessure d'octobre dernier. C'était dans les arènes de Raphèle-les-Arles et devant du bétail de la famille Laugier. L'occasion de revenir avec le novillero biterrois sur sa temporada 2013 et sur ses espoirs à l'aube d'une saison qui devrait logiquement le voir franchir l'échelon supérieur. 
 
 
CorridaFrance : Bonjour Gaëtan. Quel bilan tires-tu de ta saison 2013 ?
Cayetano Ortiz : J’ ai toréé 15 novillades cette année. J'ai senti une évolution dans mon toreo de cape et plus de sécurité dans mon toreo de muleta. J'ai toréé beaucoup de novillos a gusto et j'ai eu l'opportunité de me confronter a divers encastes cette année. Le côté négatif est essentiellement de trop nombreux échecs à l’ épée. C'est vraiment le point négatif de ma temporada.
 
CorridaFrance : Comment te prépares-tu pour ta temporada 2014 ? 
Cayetano Ortiz : Pour le moment, je recommence a peine à me remettre devant les bêtes depuis ma blessure du mois d’octobre à la clavicule. J’ ai eu l’ opportunité de tienter deux très bonnes vaches de Patrick Laugier l’autre jour ce qui m’ a permis de reprendre confiance. Nous commençons effectivement à parler de la temporada avec mes apoderados Denis Loré et César Pérez. Nous aimerions toréer quelques novillades en début de saison, même si nous savons que ça va être difficile au vu de la situation actuelle des novilleros et pouvoir par la suite prendre l’ alternative. C'est là notre principal objectif cette saison.
 
CorridaFrance : On a compris que tu poursuis donc ta collaboration professionnelle avec Denis Loré et César Pérez. Que t'apportent-ils dans la progression de ta carrière ? 
Cayetano Ortiz : Comme dit le dicton « on ne change pas une équipe qui gagne »... Tout se passe très bien. Denis et César font un travail extraordinaire.  Je me sens a gusto a leurs cotés.  Denis m’ apporte beaucoup sur un point de vue technique. Mais également il me transmet beaucoup de sérénité en piste. Il surveille de près mes entrainements. Tous les deux, nous nous comprenons et il trouve toujours les bons mots pour me motiver.
 
CorridaFrance :Quelles sont les perspectives pour 2014 ? 
Cayetano Ortiz : Comme je le disais, l’objectif de cette temporada 2014 est de prendre l’ alternative. Après avoir toréé un peu plus de 35 novillades au total, je me sens prêt pour passer à l’ échelon supérieur. Mes apoderados ne m’ ont pas dit grand-chose a ce sujet. Je sais qu’ ils y travaillent. Ils sont en contact avec quelques empresas. Nous en saurons plus très prochainement.
 
CorridaFrance : Comment vois-tu l'avenir de la tauromachie ?
Cayetano Ortiz : Je pense que nous sommes en train de traverser une période très difficile, avec en plus de la crise économique qui oblige les organisateurs à réduire le nombre de spectacles et les attaques des opposants à la tauromachie. Mais petit à petit, nous sommes en train de prendre le dessus. A l’exemple de Rodilhan cette année, où le Maire n a pas tremblé face aux pressions et a maintenu le Festival qui a finalement été un succès. Ou même récemment le Maestro Sebastian Castella qui a réussi à ce que l’ on ré-ouvre les arènes de Cartagena de Indias en Colombie... De plus je pense qu’ il faudrait donner d'avantage leur chance aux jeunes matadors car les figuras ne sont pas éternelles. Il faut s'ouvrir un peu plus à ceux qui sont le futur de la tauromachie. Peut-être en modifiant certaines choses, comme par exemple dans un cartel ou un jeune torée aux côtés de deux figuras, le faire en passer en première position ce qui éviterait que les figuras ouvrent le cartel car c'est souvent ce qui les dérange le plus.
 
CorridaFrance : Selon toi, comment les toreros d'aujourd'hui, et principalement les figuras, doivent agir pour défendre la tauromachie ?
Cayetano Ortiz : Je pense que les figuras sont conscientes de la situation actuelle de la fiesta. Chacun à leur façon, ils ont essayé de mettre « su granita de arena » pour que tout cela aille de l’avant. De plus en plus d’initiations au toreo de salon sont proposées par les figuras pour essayer de rapprocher les jeunes de la tauromachie. Je pense par exemple au Juli, qui en début d’ année à Olivenza, avait réussi à remplir les arènes lors d’ une tienta publique gratuite avec les élèves des écoles taurines. Ou encore a Juan Jose Padilla qui a organisé des classes de toreo de salon à Logroño et à Jerez. Ce sont des actions qui permettent aux jeunes de découvrir la tauromachie et de comprendre davantage le déroulement de la lidia.
 
CorridaFrance : Merci Gaëtan et très bonne Temporada 2014 à toi et tes apoderados !