Nîmes (13/09/2019) : Daniel Luque perd la Porte des Consuls à l'épée ...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Chronique d'un rendez-vous manqué... Après un été flamboyant, il était écrit qur cette première corrida de la Feria des Vendanges devait se conclure sur la sortie à dos d'homme de Daniel Luque par la Porte des Consuls.

Le natif de Gerena avait d'ailleurs rapidement posé les premiers jalons de ce triomphe, coupant une oreille au deuxième Margé, un exemplaire plutôt violent auquel il avait proposé une muleta pleine de pouvoir. Puis sortit le cinquième qui fit briller son picador après s'être livré de belle manière dans la cape du sévillan. Las, en début de faena, ce Margé plsin de promesses se brisa la main droite et dut être changé par un "El Torero" plutôt fade. Mais la dynamique, elle, était là et la personnalité du récent triomphateur de Bayonne fit rapidement oublier le manque de transmission du bicho. Lorsqu'il leva l'épée, il était acquis que le public allait demander et obtenir, les deux oreilles pour Daniel Luque... Mais trois estocs plus tard, le résultat statistique était réduit à un trophée déjà aimable, mais légitime puisque demandé par une majorité du conclave.
Les toros de Margé ont dans l'ensemble vendu chèrement leur cuir face à un public qui est resté un peu tiède aux efforts de Curro Diaz devant le premier.

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le premier Margé pour Curro Diaz ne se montra pas du tout intéressé par le capote de salida de l'espagnol. Cet animal distrait, arpentant le ruedo à sa guise, mit en difficulté le diestro afin de le fixer et le placer au cheval. Face à la cavalerie, le Margé prit deux rations de fer. Après un tercio de banderilles médiocrement réalisé par sa cuadrilla, le natif de Linares débuta sa faena par des doblones main gauche de belle facture. Trouvant de suite le bon sitio à cet exemplaire, l'espagnol dessina deux séries de derechazos templés, relâchés et allurés, qui déclenchèrent logiquement les accords musicaux. Sur la troisième tanda droitière, le Margé changea subitement de comportement, s'employant beaucoup moins dans le leurre. Passage logique sur la rive opposée pour tracer quatre séries de naturelles plaisantes mais qui eurent du mal à faire monter la température, le Margé se montrant mobile mais manquant de transmission. Mort en deux temps. Ovation avec salut.

Daniel Luque soigna la réception de son premier adversaire avant de le conduire à un lancier maladroit pour deux puyas où le Margé mit correctement les reins. Second tiers calamiteux des subalternes avant un brindis à Raphaël Chaubet. Face cet animal brusque, l'andalou imposa de suite sa loi, imprimant deux séries poderosas suivies d'un enchaînement de muletazos les pieds rivés au sol impactant le conclave. Sous la musique, Luque, très concerné, réalisa une belle série à gauche d'intensité croissante avant d'éditer plusieurs redondos populaires. Final par une dizaine de luquecinas vibrantes, impactant sur un public conquis. Mort par trois quart de lame trasera, libérant logiquement la première oreille de la tarde après une faena courte mais parfaitement calibrée.

Le troisième, dévolu à Luis David Adame, se planta au centre de piste, faisant guère attention aux appels des peones. Le mexicain partit le chercher mais le Margé montra peu d'allant dans les capotazos. Se révélant par la suite très manso, le bicho rencontra à cinq reprises la cavalerie, entre picador titulaire ou de réserve, sortant du peto dès le fer posé sur le dos. Face à un toro peu propice au triomphe, Luis David, toreant à la voix, connut quelques passages méritoires sur bâbord sans pour autant parvenir à donner du relief à son labeur. Mort par lame hémorragique, d'effet fulminant. Ovation avec salut.

La lidia du quatrième toro de l'après-midi fut totalement inexistante, le Margé naviguant d'un picador à l'autre sans aucun dérangement. Lors de l'entame de faena par doblones, l'astado avertit Curro Diaz sur un passage gaucher. Devant composer avec un exemplaire à demi charge, cherchant l'homme à divers moments, l'espagnol abrégea après des tentatives volontaires, exclusivement droitières. Mort en deux temps. Ovation avec salut.

Daniel Luque écouta des olés appuyés après des veroniques de réception de grande classe. Au tercio de varas, le Margé se montra bravito sous le fer d'un picador remarquable, sortant sous l'ovation musicale. Après deux premières séries prometteuses, le bicho se blessa aux antérieurs, devenant invalide. La présidence décida de le changer malgré le règlement en vigueur.
Le sobrero d' El Torero, de moindre présentation, fut reçu timidement par Daniel Luque avant de prendre deux piques sans grande consistance. Face à un astado noble sans excès, le protégé de la casa Piles livra une faena ambidextre, dominatrice et convaincante. Sûr de son toreo, l'espagnol alterna les séries avec goût et connut les moments les plus intenses sur la rive gauche, dessinant des naturelles remarquables, débordantes de toreria, qui firent résonner l'auditoire. Luquecinas finales avant de tuer en trois assauts. Oreille gentillette.

Luis David Adame salua le dernier de la tarde par larga de rodillas, veroniques et chicuelinas. Au tercio de varas, le Margé, piqué à deux reprises, perdit les mains à plusieurs moments, entraînant quelques protestations des travées. A la muleta, le toro confirma son manque de force. Le natif d'Aguascalientes tenta sur les deux bords sans réussite. Mort compliquée, descabellant sous les sifflets, sans avoir réussi à mettre une épée. Silence.

Arènes de Nîmes (30)
Vendredi 13 septembre 2019 à 17h30
6 Toros de Robert et Olivier Margé et 1 sobrero d' El Torero.
Poids : 541, 536, 530, 527, 555, 535 (5bis) , 510.
Durée : 3h13
Beau temps
Tiers de plaza
Présidence : R.Tibérino / Hervé Galtier / Peña F.Cruz


Curro Díaz : Ovation avec salut / Ovation avec Salut
Daniel Luque :Oreille / Oreille
Luis David Adame : Ovation avec salut / Silence après avis

Alexandre Guglielmet

 

Voir le reportage photographique : ElTico