Saint Perdon (25/08/2019 - matinale) : La sérénité retrouvée...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Saint Perdon et la ganaderia Baltasar Iban c'est une longue histoire d'amitié. Il est tout à fait logique que cet élevage participe à la journée taurine qui fête les dix ans d'organisation de la novillada de la Peña La Muleta aux arènes du Plumaçon.

Journée d'anniversaire mais aussi de souvenir puisque c'est la première organisée depuis le décès de Jean Louis Courtade, cheville ouvrière du club taurin et grand amoureux de la devise rose et verte . C'est aussi une course importante pour les deux toreros . Hector Gutierrez a besoin de redorer son blason auprès de l'Aficion française après sa prestation catastrophique de Parentis. Yon Lamothe a lui besoin de retrouver ses marques après sa sortie difficile face aux novillos de Blohorn à Soustons.
L'un et l'autre ont atteint leur objectif,même s'ils sont restés en dessous du potentiel des utreros. Bien présentés, avec toutefois des armures fermées, les ibanes étaient exigeants , un peu trop peut-être pour des novilleros peu expérimentés, difficulté qui n'a pas toujours été perçue par le public. Tous les toros ont été applaudis à l'arrastre.

Le premier remate dans les burladeros. Mis en suerte de près, il prend une premier puyazo en poussant. Bien piqué à la seconde rencontre, il ne pousse pas. Yon Lamothe fait un joli quite par chicuelinas. Le novilllo est distrait et violent. Hector Gutierrez le toréé par le haut pour l'amener le tau centre. Les trois premières séries, sur le voyage, ne pèsent pas sur le bicho mais le novillero les enchaîne avec plus de sérénité qu'à Parentis. Le toro est moins brusque à gauche ce qui permet au novillero d'enchaîner quelques naturelles intéressantes. Il reprend la main droite mais ne baisse pas assez la main pour dominer sur un terrain réduit son adversaire. Le toro va à menos, part vers les planches. Le mexicain place au premier essai une demie concluante et coupe la première oreille du jour.

Le second met bien la tête dans le capote de Yon Lamothe qui fait le petit pas en arrière en sortie de passe. Le bicho prend deux puyazos , poussant à la première rencontre et s'endormant sous le fer à la seconde. Mathieu Guillon salue après deux bonnes poses de banderilles. Le toro est noble. Le landais cite à droite, s'applique mais il subit la charge plus qu'il ne pèse sur son utrero. A gauche, le Baltasar Iban est plus simple et Yon lie deux belles séries de naturelles. Il prend confiance,va à mas, et enchaîne sur une série de derechazos guidant le charge et des naturelles de face allurée . L'oreille qui semblait promise s'échappe avec les aciers.

Au troisième, Gutierrez montre, à la réception, qu'il est un bon capeador. Le toro, bien piqué, pousse à la première rencontre et renverse le groupe équestre. Il vient bien pour la seconde pique mais ne s'investit pas sous le fer. Le mexicain l'amène au centre de la piste pour une faena souvent brouillonne avec de bons passages et d'autres où le novillero se fait chahuter par un bicho encasté , noble et exigeant. Sur les trois premières séries, le novillero est dominé par le toro mais il ne recule pas. Par la suite, il alterne de bons muletazos de la main droite avec des désarmés. La faena va à menos du fait du manque de recours du novillero face à un Baltasar Iban qui demande une lidia plus construite et surtout une muleta plus ferme. Le mexicain ne sait pas quand et comment finir une faena qu'il prolonge au delà du nécessaire. Silence après une entière en avant et basse qui sera efficace.

Le quatrième et dernier novillo remate dans les planches à sa sortie du toril. Tardo, donnant des coups de tête, il arrache la muleta de Yon Lamothe. Violent, il pousse à la première rencontre et renverse le picador et sa monture. Il prend une seconde pique en poussant à nouveau. Le sobresaliente José Antonio Pinto fait un bon quite par chicuelinas. Le novillero landais brinde au public et commence sa faena à droite. Le novillo est bronco et Yon ne se croise pas assez et se retrouve en difficulté sur les deux premières séries. A la troisième, il cite sur l’œil contraire et le toro passe mieux. A gauche, le Baltasar Iban est court de charge. Yon revient à droite, réduit les terrains ; Il prend la mesure de son adversaire et réalise les meilleurs muletazos de sa faena même si l'ensemble manque de transmission malgré quelques manoletinas de conclusion serrées . L'estocade, à mi chemin entre pinchazo hondo et demie, est efficace, et le torero de Tartas coupe une oreille.

Fiche technique :

Saint Perdon, arènes du Plumaçon, novillada matinale
Quatre novillos de Baltasar Iban, avec du trapio,des cornes refermées , intéressants pour l'aficionado mais un peu compliqués pour des novilleros peu expérimentés, pour
Hector Gutierrez : une oreille, silence
Yon Lamothe : un avis et salut, une oreille
Sobresaliente : José Antonio Punto
Tous les toros ont été applaudis à l'arrastre
Huit piques, deux chutes, cavalerie Bonijol
Salut de Mathieu Guillon après avoir banderillé le second
Président : Victor Bernadet (Saint-Sever)
Petite entrée
le soleil s'invite à mi course, chaleur moite

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour