• 1

Béziers (15/08/2019) : La seule oreille de la corrida d'ouverture pour Sebastián Castella...

©ElTico
©ElTico
Cette "Corrida de la Culture Méditerranéenne" somptueusement scénographiée par Loren, avait attiré au visuel plus de monde sur les gradins que les corridas d'ouverture des années précédentes, et ce malgré l'absence de Roca Rey remplacé, il est vrai, par Miguel Angel Perrera.

C'est le cas ces derniers temps de toutes les "corridas à thème" qui fleurissent d'un bout à l'autre de l'héxagone taurin, depuis que la "Goyesque d'Arles" a ouvert la voie, il y a plus de quinze ans. Ce premier point positif a cependant été terni par des éléments indépendants de la volonté de l'organisateur, à savoir un vent tourbillonnant, particulièrement gênant et un lot de Nuñez del Cuvillo bien présenté, mais manquant globalement de race et de bravoure. Le résultat statistique retiendra que le matador local Sebastián Castella a coupé la seule oreille de la tarde à son second toro, trophée qui aurait pu être doublé si la présidence avait accédé à la demande sonore du public. Mais le Président Daudé a tenu bon, ce qui a provoqué une réaction d'humeur du torero, jetant son oreille avec dédain sur le sable, qui ne s'imposait pas. Même si on comprend sa frustration de ne pouvoir s'exprimer devant les siens. Miguel Angel Perrera s'est montré très convainquant face à son premier, l'épée le privant certainement d'une oreille, alors que "Toñete" sembla une nouvelle fois bien vert dans une terna au niveau, il est vrai, particulièrement relevé.

Laurent Deloye ElTico

 

La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Sébastien Castella réceptionna "Rescoldito", un magnifique exemplaire ensabanado alunarado, par un capoteo discret, les rafales de vent gênant considérablement la lidia. Face à la monture de Juan Melgar, le Cuvillo prit deux rations dont l'ultime très bien placée. Entame inspiré de Castella par quatre muletazos, main gauche posée sur les tablas, enchaînant par des doblones ajustés. Face à un toro collaborateur sur les premiers échanges muleteros, le local du jour ne se fit pas prier pour tirer profit de cet exemplaire lors de quatre séries ambidextres templées à souhait, supérieures sur la diestra. Hélas ce bicho baissa rapidement de ton, ce qui fit perdre inévitablement du relief au labeur du biterrois malgré des efforts répétés par muletazos rapprochés et circulaires. Mort par lame légèrement de côté mais efficace. Applaudissements.

"Aguafria", dévolu à Miguel Angel Perrera, ne montra rien d'intéressant lors du premier tiers, prenant deux piques sans intérêt, affichant une force limitée et une bravoure absente. Brindis de l'espagnol au conclave. A la muleta, ce toro âgé de presque six ans montra un visage différent, se révélant mobile avec une pointe de violence et de complications. Sûr de son toreo, le natif de la Puebla del Prior construisit à base de patience, technique et pouvoir une faena intéressante qui connut une intensité croissante. Il fit basculer son trasteo lors d'une importante tanda de derechazos a gusto, continuant ce labeur fort convainquant dans un mouchoir de poche, faisant ainsi lever les tendidos comme un seul homme. Mort en trois temps lui ôtant un trophée qui lui semblait promis. Applaudissements après deux avis.

"Comilon" prit deux rations de châtiment dont une pique initiale donnée sur le passage lors d'une lidia médiocre. Au dernier tercio, Toñete dut composer avec un animal soso aux conditions physiques limitées qui partit chercher refuge aux tablas. Le protégé de Simon Casas alterna les tandas profilées sans saveur, trouvant que peu d'échos sur les travées. Mort par lame tendida. Silence après avis.

Le quatrième, baptisé également "Comilon", fut lidié par fuera avant que Castella ne le conduise au groupe équestre. Sur la première rencontre, le Cuvillo sortit instantanément du peto avant un second contact ou le bicho fut très peu piqué, s'extirpant de nouveau seul du cheval. Brindis de Castella au public, suivi par des cambiadas, au centre de piste. Face à un toro maniable, manquant de classe et de transmission, le français servit sous les airs musicaux une faena agréable. En fin de combat, il fit prendre de l'ampleur à son trasteo lors d'une démonstration de poder, enchaînant les échanges dans des terrains très réduits, ponctuant par un desplante en jetant son étoffe au sol, ce qui eut pour conséquence de faire se lever une foule conquise. Mort par entière d'effet lent. Oreille.

"Ponderoso" se montra très distrait lors du premier tiers, parcourant le ruedo comme bon lui semblait, prenant au passage deux piques anecdotiques. Malgré une belle volonté, Perrera ne put construire une faena digne de ce nom devant composer avec un animal manso et sans intérêt. Épée basse en guise de conclusion. Applaudissements.

"Encumbrado", lui aussi allant sur les six ans, fut piqué avec précision par deux fois lors d'un tercio de varas signé Alberto Sandoval, ce dernier se faisant raccompagner sous les applaudissements. Face à un Cuvillo sans grande qualité, Toñete livra une prestation atone. La fin dans un registre tremendiste ne provoqua guère plus d'enthousiasme. Mort par trois quart de lame légèrement contraire, suivi d'un triple coup de verdugo. Silence après avis.


Arènes de Béziers (34)
Jeudi 15 août 2019 , à 18h.

Corrida de la culture méditerranéenne
6 Toros de Nuñez de Cuvillo
Poids : 517 , 503 , 532 , 540 , 510 , 537.
Beau temps avec vent gênant
Présidence : Michel Daudé / Jérôme Ventresque / Bernard Abiad
3/4 de plaza
Durée : 2h35

S.Castella : Applaudissements / Oreille après avis.
M.A.Perrera : Applaudissements après deux avis / Applaudissements.
Toñete : Silence après avis / Silence après avis.

Magnifique scénographie du ruedo réalisée par Loren Pallatier autour du minotaure et des bleus méditerranée.
Loren Pallatier reçut un hommage en piste en préambule de la corrida.
Miguel Angel Perrera remplaçait Andres Roca Rey blessé.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico