• 1

Le Tribunal Administratif de Marseille rejette la demande du CRAC en annulation de la feria d'Arles.

 

Photo : ElTico
Photo : ElTico
Comme il était prévisible au regard de la légèreté de l'argumentation pourtant réunie par un "comité d'experts ayant travaillé pendant six mois sur le dossier", le Tribunal Administratif de Marseille a rejeté la demande en référé présenté par le Comité Radicalement Anti Corrida, aucune des allégations invoquées n'étant en mesure de démontrer l'opportunité d'une pareille demande.
 
En réponse aux arguments du CRAC, maître Ludovic Para, avocat de la mairie d'Arles et de l'Observatoire, a plaidé devant le Tribunal, à partir d'un mémoire rédigé en défense avec les autres avocats de l'Observatoire, maître Michel Dufranc, Jean Corona et Guillaume François (avocat également de l'UVTF) et le comité juridique de l'Observatoire présidé par le professeur Reynald Ottenhof.
 
Dans le procès au fond qui ne manquera pas de suivre, l'Observatoire et l'UVTF interviendront également aux côtés de la ville d'Arles, pour faire confirmer l'interprétation de la loi mise en évidence par ses juristes et qui confirme celle déjà donnée par les plus hautes juridictions civiles, ainsi que par le Conseil d'État.
 
 
Mais auparavant, les militants du CRAC, et leur président, devront répondre devant la justice pour leur implication directe dans les troubles à l'ordre public et entraves à la liberté d'expression dont ils se sont rendus coupables, entre autres, dans les arènes de Rion le 24 août dernier à l'occasion d'une manifestation non autorisée dont la violence a ému au-delà des régions taurines par son caractère xénophobe et sa radicalisation.
 
 
(communiqué de l'Observatoire National des Cultures Taurines)